Les Français n’ont jamais été aussi inquiets pour leur retraite

Selon la onzième édition de l’Observatoire des retraites UMR-Corem / Liaisons Sociales Magazine, réalisée par IPSOS, dont les principaux résultats ont été publiés le 2 mai, 76 % des personnes interrogées disent ne pas faire confiance « au gouvernement pour assurer l’avenir des retraites ». 50 % ne lui font « pas du tout confiance » et 26 % « plutôt pas confiance », alors qu’il prévoit cette année une réforme pour rétablir l’équilibre financier des régimes.

La défiance des Français est nettement supérieure à celle exprimée à l’égard du gouvernement Fillon en mai 2010, avant le vote de la réforme portant l’âge de la retraite à 62 ans (64 %). 63 % des sondés se prononcent pour une réforme « en profondeur du système en mettant à plat tous les sujets ». Et seulement 31 % souhaitent « qu’on aménage en partie le système afin de contribuer à résoudre les problèmes de financement les plus importants mais sans risquer de blocage social ».

Sur les mesures à prendre, 66 % jugent « nécessaire » une augmentation de la durée de cotisation, 63 % une hausse des cotisations retraite des salariés et des entreprises et 61 % un relèvement de l’âge légal de départ. En revanche les Français se montrent particulièrement réfractaires à la mise à contribution des retraités. 72 % des interviewés ne jugent ni nécessaire ni souhaitable de les taxer davantage ou de diminuer le montant des pensions. L’idée de désindexer les pensions suscite également une opposition majoritaire (52 %), mais dans une moindre mesure.

Concernant les conditions de vie à la retraite, 80 % des personnes interrogées sont inquiètes quant au montant de leur future pension (+ 4) et 71 % le sont pour le niveau de vie. 58 % d’entre elles sont inquiètes sur leur capacité à vivre de manière indépendante à la retraite et 57 % le sont sur la santé et l’accès aux soins. L’inquiétude atteint des niveaux records par rapport aux précédentes éditions de ce sondage. Les Français n’ont pas changé pour autant leur comportement d’épargne en vue de la retraite, par manque de moyens.

La ministre des Affaires sociales a déclaré dans Le Figaro du 3 mai que dans le cadre de la réforme des retraites « un effort sera nécessaire, auquel devront participer tous les Français ». « Des décisions seront prises d’ici la fin de l’année. Nous avons trois défis : le financement à court terme, la pérennité à long terme de notre système par répartition et des mesures de justice », a indiqué Marisol Touraine. « Si on parle de durée de cotisation, qui est le critère le plus juste, vu l’augmentation de la durée de vie, elle doit tenir compte des réalités des carrières », a-t-elle affirmé.

INFO +

Observatoire Français des Retraites, 11e édition. A retrouver dans Liaisons Sociales Magazine du 6 mai 2013 – Le communiqué

 

Source Annuaire secu lettre N° 552