Sommes-nous libre de penser !

L’individu moderne en ce début de 21ème siècle est, de manière permanente, en contact direct avec l’information.

Dès le café du petit matin l’oreille ouverte aux radios, en voiture le temps de patienter dans les bouchons idem, dans le train « connecté » via le téléphone, la tablette, l’ordinateur portable…de retour à la maison le soir grâce aux chaînes d’information permanentes à coups de flashes de dernière minute, de commentaires et de » décryptage », en boucle ; de bandes défilantes au bas de l’écran, qui obligent l’homo sapiens que nous sommes à de véritables prouesses en triplant nos facultés, regarder, écouter et lire en même temps…c’est vous dire si l’homme moderne connaît et comprend le monde dans lequel il évolue.

Et puis nous sommes aidés par une armée zélée d’experts, d’économistes, d’analystes, de commentateurs ; de spécialistes, de savants, de gouvernants, de communicants ; de consultants ; d’arbitragistes, celui-là je viens de l’entendre la semaine dernière au Sénat au cours du débat sur la séparation des activités bancaires dans la bouche d’un sénateur UMP qui nous expliquait tranquillement que la spéculation sur les matières première agricoles avait son utilité…

Ah oui ils nombreux dans les média les Barbier, Minc, Kahn, Zemmour, Théard du « Figaro », Duhamel et autres Lenglet avec ses chiffres et ses courbes incontestables et objectifs…ce sont les chiffres vous dis-je, non croyez-nous Messieurs, Dames on ne peut pas changer ce monde, il n’y a pas d’alternative et bla, bla, bla…tous les jours, sur toutes les ondes, tous les plateaux, toutes les unes des grands quotidiens dits « sérieux ».

Rendez-vous, vous êtes cernés par le libéralisme, système unique de gestion de la société dans l’intérêt unique des 1460 milliardaires de la planète et donc bien sûr pensée unique SVP, on vous explique…

Au secours, j’étouffe, de l’air !

Eric Bocquet – Journal Liberté Hebdo – http://groupe-crc.org/Un-petit-air-de-Liberte.html

Et puis rien ne permettant de se sortir de l’emprise des médias, en sortant de votre lieu de résidence vous ferez connaissance dans le paysage urbain avec ces panneaux publicitaires Jean-Claude Decaux ou encore placardé sur des murs les ragots d’affiches vantant les exploits de quelques peoples en mal  de reconnaissances ou exposées aux devantures des messageries, des kiosques ou librairies, exposant les revues traitant des malheurs de tel acteur, actrice ou présentateur connu. Et si par hasard vous vous croyez à l’abri de tout, la tranquille  derrière votre ordinateur personnel, connecté à Internet, nul doute que quelques flashes viendront polluer votre écran.

Stop; ou sont les p’tits zoziaux, le vent léger dans les blés, l’eau qui chuchote, la réflexion personnelle  …

MC