Sarkozy, détrousseur de vieilles dames

Au-delà des frontières, la perception d’un ex-président français n’est pas tendre. Gardons-nous de porter jugement sur l’affaire Bettencourt-Sarkozy tant qu’elle n’est pas élucidée. Par contre l’appréciation générale venue de l’étranger -l’Espagne en l’occurrence- sur le sautillant ex-président français, sur l’exercice de sa présidence, sur la perception de la France vue de l’étranger, est malgré tout, à la fois réaliste mais aussi dramatique. MC

Personne ne s’est autant acharné à détruire l’image de Nicolas Sarkozy que Nicolas Sarkozy lui-même.

Le soir de son élection, en mai 2007, comme il a choisi de fêter sa victoire au Fouquet’s avec ses amis millionnaires du monde des affaires et du spectacle, tous ses grands dis­cours destinés à se faire passer pour un homme proche des Français ont été réduits d’un seul coup à néant

Dans les mois qui ont suivi, faisant preuve d’un culot et d’un entêtement inouï, Sarkozy n’a pas hésité à se faire photographier à bord de yachts luxueux dans des endroits paradisiaques, confirmant ainsi qu’il avait tout d’un Rastignac.

Une telle soif de pou­voir associée à une tendance incontrôlable à l’autodestruction relève de la pathologie.

Tout comme la crise économique, et plus que le travail de sape de l’opposition socialiste, c’est sans doute ce trait de caractère qui lui a valu l’année dernière le suprême ridicule de manquer de peu sa réélection et de ne rester qu’un seul mandat à la tête du pays

Aujourd’hui Sarkozy est accusé par un juge d’avoir commis une faute d’une malhonnê­teté impardonnable : l’abus de la faiblesse d’une vieille femme atteinte de la maladie d’Alzheimer (…).

Le juge Gentil se fonde sur des éléments per­mettant de penser que Sarkozy a soutiré de l’argent à Liliane Bettencourt afin de finan­cer sa campagne électorale de 2007.

(…)

En mai 2012, j’écrivais : « Sarkozy peut être vaincu ce dimanche 6 mai par François Hollande (…). Cela confirmerait que ses fourberies, son état d’excitation permanent, sa passion obscène pour les riches et autres célérités, son agressi­vité et sa démagogie sont devenus insupportables à des dizaines de millions de Français. »

Même si elle s’est confirmée, cette pré­diction n’avait pas grand mérite. Moins cré­dules par exemple que les Américains, les Français sont un peuple qu’on ne peut pas tromper majoritairement pendant long­temps. La démence sénile d’une Liliane Bettencourt n’est pas une maladie collec­tive de l’Hexagone. La mise en examen de Nicolas Sarkozy n’a rien de surprenant : on ne peut pas tromper bien longtemps les Français.

Javier Valenzuela – infoLibre,  Madrid – Vu dans « Courrier international N° 1169 (Extrait)

Sarko detrousseur Red 335 px

Laisser un commentaire