Baisse en vue du pouvoir d’achat des retraités

Le deuxième round des négociations Agirc-Arrco, ouvertes fin novembre, sur les régimes de retraites complémentaires du privé entre partenaires sociaux s’est tenu vendredi 14 décembre 2012.

Il était consacré à l’examen des propositions des organisation syndicales de salariés. Syndicats et patronat se sont donnés jusqu’en mars pour aboutir à un accord paritaire visant à rééquilibrer les comptes des régimes Agirc (cadres) et Arrco (tous salariés), dans le rouge à cause de la crise, et pour fixer la revalorisation des pensions intervenant tous les ans le 1 er avril.

Mais le principe d’une moindre revalorisation que l’inflation, une idée avancée par la CFTC, la CFE-CGC et FO, semble désormais acquis, selon Les Echos (14-10).

Ce sacrifice porterait sur 2013, voire s’il le faut, sur plusieurs années.

« Nous souhaitons que les retraités les plus modestes soient épargnés », a nuancé le chef de file de la délégation CFDT. En contrepartie, les syndicats demandent une hausse des cotisations.

Le patronat botte en touche pour l’instant, mais sa position pourrait évoluer au cours de la négociation. Le Medef a promis de présenter un premier pré-projet d’accord pour « faire avancer la discussion » lors du troisième round des négociations. Rendez-vous le 15 janvier prochain.

Pour les 22 millions de salariés du privé qui cotisent à ces deux régimes, la retraite complémentaire représente près d’un tiers de la pension d’un ouvrier ou d’un employé, et plus de la moitié pour un cadre (est-ce à dire que les retraités ayant cotisé fortement à l’époque sont des nantis par rapport aux « ouvriers »  et qu’ainsi ils n’ont pas à ce plaindre … sauf que ça fait des années que le montant diminue réellement et que le pouvoir d’achat baisse dangereusement. C’est du vécu.  MC).

Selon une étude que l’association Sauvegarde Retraites de décembre 2012, citée par François Limoge dans l’Argus de l’assurance (13-12), c’est le poids des retraites complémentaires qui expliquerait la baisse quasi générale des taux de remplacement constatée entre les générations ayant pris leur retraite en 1993, en 2008 et celle qui la prendra en 2013.

« Alors que les prestations servies par le régime de base (Cnav) sont restées « relativement » stables, l’érosion du niveau des retraites est sensible dans les régimes complémentaires ». (La baisse des rentrées de cotisations provient du »dégraissage » régulier de cadres dans les entreprises, de la fermeture de pan entier d’activités, de délocalisation, du chômage … en un mot du libéralisme. MC)

Mais la baisse constatée aurait été plus sévère sans une augmentation importante des taux de cotisations.

Et de conclure : « Après l’ère des hausses de cotisations devrait s’ouvrir celle d’une accélération du déclin des pensions servies par les régimes complémentaires ».

Et toc pendant ce temps là, les profits augmentent, CAC 40 et grandes fortunes ne se sont jamais aussi bien porté – Attention la révolté gronde. MC

INFOS+
Les conséquences sur le «rendez-vous» de 2013 sur les retraites – Les Echos
Sauvegarde Retraites – Etudes et analyses n° 41 décembre 2012

Source – Annuaire Secu lettre N° 531 – Permalien

Laisser un commentaire