Espace de restitution de la Grotte Chauvet ERGC

Vendredi 13 octobre 2012 à Vallon pont d’arc puis sur le site du Razal, ils devraient être tous là. À l’occasion de la pose de la première pierre du futur Espace de Restitution de la Grotte Chauvet (ERGC), à moins qu’il ne faille dire La grotte Chauvet pont d’arc selon la nouvelle dénomination, nous aurons bien sûr la ministre de la culture Aurélie Filipetti mais aussi une partie de ceux qui, depuis 6 ans ou près de 18 ans, ont marqué la genèse du futur ERGC et celle de la grotte, la vraie.

Alors que les travaux de terrassement sont en cours et que la ministre de la Culture Aurélie Filipetti sera vendredi à Vallon-Pont-d’Arc pour la pose de la première pierre de l ‘ERGC, les trois inventeurs relancent la polémique et se disent spoliés.

Côté grotte il y aura les scientifiques tels Jean-Michel Genest, Jean Clottes ou la conservatrice Dominique Baffier. Côté ERGC, projet né en 2006, nous aurons les politiques comme Pascal Terrasse (président du conseil général), Jean-Jack Queyranne (président du conseil régional) et une bonne partie des élus qui, au sein du syndicat mixte en charge du projet, ont eu à se prononcer au moment du choix du lieu, du délégataire ou encore du projet tel qu’il commence aujourd’hui à sortir de terre. Il y aura aussi les élus locaux au premier rang desquels le maire de Vallon pont d’arc Claude Benhamed, mais aussi certainement les représentants des entreprises qui, en bonne partie venue d’Ardèche et de Drôme, vont être les destinataires de 50 millions d’euros investis dans l’économie locale.

Entre les élus, les représentants de l’État, les architectes, les techniciens et d’ailleurs les journalistes (l’impact médiatique national, voir international, a son importance dans un projet dont la fréquentation moyenne est estimée à 300 000 visiteurs par an), il va y avoir foule.

Les inventeurs déclinent l’invitation

En fait ils seront tous là sauf trois : ceux qu’on appelle officiellement les inventeurs, même si le mot « découvreurs » serait plus approprié: Jean-Marie Chauvet, Eliette Brunel et Christian Hillaire. Car visiblement, il n’est pas d’étape importante de la grotte Chauvet sans sa polémique (voir encadré ci-dessous). Depuis près de 20 ans, le moins que l’on puisse dire est que les tribunaux ont eu beaucoup de travail avec Chauvet! De la polémique sur la découverte (Jean-Marie Chauvet était-il missionné ? Non selon la justice) à l’achat des terrains (conflit sur l’estimation) en passant par l’accord financier entre l’État et les inventeurs et même, aujourd’hui encore, de possibles procédures pour l’aménagement de la Combe d’arc, Chauvet excite visiblement les passions et, parfois, la déraison.

Encore n’avons-nous pas parlé de la politique qui, quand elle s’en mêle, fut pour une large part dans les retards prit en 18 ans (le projet actuel est en fait le troisième). Non, ce vendredi, l’heure sera à la fête et peut être un peu au rêve. La ministre fera d’abord un passage par les services techniques de Vallon où sont entreposés les prototypes (visibles par le public les 13 et 14 octobre Réservation obligatoire auprès de l’office de Tourisme de Vallon-Pont-d’Arc au 04 75 88 04 01) histoire d’avoir un aperçu sur ce qui sera, dans 30 mois, le contenu de l’ERGC.

Les travaux ont commence

Pour ce qui est du contenant, c’est vers 12 h 30 que tout ce beau monde sera donc au Razal. Là, au bord de la route de Vallon pont d’arc à St Remèze, en bordure de plateau, des pelleteuses impressionnantes y creusent depuis plus d’un mois les fondations des futurs bâtiments. Et elles creusent profond (jusqu’à 6 mètres) car un des objectifs du projet architectural sera de se fondre dans le paysage.

L’ensemble sera constitué de divers pôles dont on retiendra l’accueil et les boutiques, le restaurant, le parking, le centre d’interprétation (réservé aux explications) et, bien sûr, l’anamorphose où, dans un bâtiment de 3 500 m2, le visiteur trouvera un condensé de la célèbre grotte ornée.

Si donc demain marquera un lancement symbolique des travaux, pour la vraie visite, il faudra attendre au plus tôt fin 2014. Il ne restera plus alors qu’à rêver à bel impact pour le sud Ardèche d’un tel équipement avec un maximum d’emplois directs et indirects mais pour ça, il faudra attendre.

——————————————————————————————————–

L’ERGC en chiffres

  • Coût de l’ensemble de l’opération: 50 millions d’euros.
  • Nombre de visiteurs (moyenne) estimés par an: 300000
  • Prix de l’entrée: 12 € en haute saison, 9,80 € en basse saison, gratuit pour les moins de 10 ans.
  • Nombre d’emplois directs créés: 33 équivalents temps plein.
  • Ouverture 12 mois par an.

———————————————————————————————————-

Chauvet en dates

18 décembre 1994: découverte par Jean-Marie Chauvet, Eliette Brunel et Christian Hillaire d’une grotte ornée dans la falaise de la Combe d’Arc, à Vallon pont d’arc. La nouvelle est annoncée au monde environ deux semaines plus tard.

Un premier projet est lancé par le conseil général de l’époque, il sera abandonné avec l’arrivée d’une majorité de gauche en 1998.
Commence alors l’élaboration du projet dit «grand site». Fin 2005, il est de fait refusé par l’État en raison de sa trop grande proximité avec la vraie grotte ou, entre autres, de la présence sur place d’espèces rares.
Début 2006 est lancé le projet actuel. Deux sites sont envisagés: le Razal et Champagnac (sur la route de Vallon à Barjac. Le. Razal (sur la route de Vallon à St Remèze) est retenu fin 2011, tout comme la société qui, par délégation, gérera l’ERGC: Kleber Rossilon.

Été 2012, début de travaux prévus sur une durée de 30 mois.

——————————————————————————————————-

Article rédigé par Hervé Barruhet – La tribune du 11 oct 2012

La grotte des rêves perdus

Ne ratez pas La grotte des rêves perdus, un documentaire signé Werner Herzog, tourné en 3D dans l’extraordinaire grotte Chauvet-Pont d’Arc, en Ardèche, visitée et décorée il y a plus de 32.000 ans, à l’époque où Cro-Magnon et Neandertal se croisaient sur les chemins, et où, sans doute ils se croisaient au sens génétique du terme. Le site est aujourd’hui candidat pour l’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco. Une évidence !

Au-dessus de l’Ardèche creusant ses méandres en canyons dans un plateau calcaire, il y a un pont. Il n’a pas été construit par une industrie humaine mais par les caprices de la rivière. Ce pont naturel a donné son nom à un village, Vallon-Pont d’Arc, et est aujourd’hui un célèbre site touristique, point d’orgue des superbes gorges de l’Ardèche. Les Hommes aiment l’endroit depuis la nuit des temps : ces gorges de 35 kilomètres connaissent une occupation humaine depuis au moins 36.000 ans et les Homo sapiens du Paléolithique supérieur – des Aurignaciens, disent les anthropologues – y ont orné 27 grottes (au moins).

Ce pont naturel était déjà là et devait fasciner les chasseurs-cueilleurs aurignaciens, d’autant que ces premiers habitants ont, de plus, découvert à proximité une autre merveille : une grotte immense, formée d’une série de grandes salles et riche en immenses concrétions colorées. L’endroit a visiblement fortement inspiré les artistes de l’époque qui y ont réalisé de superbes fresques il y a plus de 32.000 ans, soit environ 15.000 ans avant les peintres de Lascaux, ce qui en fait la plus ancienne grotte ornée connue. L’Homme de Neandertal était encore là mais c’est bien l’Homo sapiens, alias Cro-Magnon, c’est-à-dire notre ancêtre direct, qui a peint les 425 dessins, sans toutefois y vivre. La grotte a été abandonnée, sans doute vers -30.000 ans, puis retrouvée vers -27.000 ans et de nouveau utilisée pour la réalisation de fresques durant deux millénaires.

Clic pour voir des extrait du film documentaire de W. Herzog. 

Cette bande-annonce est en anglais, mais ne boudons pas le plaisir de voir quelques images uniques. « La première fois que je suis entré dans la grotte, c’était tellement puissant que chaque nuit je rêvais de lions… » explique le jeune chercheur membre de l’équipe, qui s’exprime dans le film. « Après cinq jours, j’ai décidé de ne pas retourner dans la grotte car c’était un choc émotionnel », poursuit-il.

Des artistes de talent

Il y a 20.000 ans, le plafond de la grotte, au niveau de l’entrée, s’est écroulé, scellant pour longtemps les trésors qu’elle abrite. L’endroit a été découvert (ou plutôt redécouvert) le 18 décembre 1994 par trois spéléologues amateurs, Jean-Marie Chauvet, Eliette Brunel et Christian Hillaire. L’accès de la grotte a immédiatement été limité et jamais ouvert au public, l’expérience de Lascaux ayant appris à préserver les peintures rupestres.

Et elles sont superbes, expliquent celles et ceux qui les ont vues et étudiées, en particulier le préhistorien Jean Clottes. Ces figurations représentent pour la plupart des animaux, mais ceux que l’on rencontrait jadis en Ardèche : mammouths, félins, chevaux, rhinocéros, ours… Comme à Lascaux, les peintres ont tiré profit des formes rocheuses pour installer leurs compositions, réparties en grands tableaux. « Les animaux peints et gravés sont juxtaposés dans une première recherche de la perspective, et de véritables scènes sont dépeintes : combat de rhinocéros, comportement de préaccouplement de félins, lions en chasse… » explique-t-on sur le site de la grotte Chauvet-Pont d’Arc.

En 2014, « ce joyau », comme l’appellent ceux qui ont étudié cette grotte, sera visible par tous. Comme à Lascaux, une copie est en effet en cours de réalisation. Avant cela, on aura pu admirer le film de Werner Herzog…

En Vidéo : Une interview de Jean Clottes

Le site est aujourd’hui candidat pour l’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco et chacun peut même voter pour la grotte Chauvet… Alors que se prépare la réalisation de la copie de la grotte visitable par le grand public, le cinéaste allemand Werner Herzog (Aguirre, la colère de Dieu, L’énigme de Kaspar Hauser, Cobra Verde…) y a réalisé un documentaire filmé en 3D, Cave of forgotten dreams (La grotte des rêves oubliés).

C’est la première fois qu’un film est tourné dans la grotte Chauvet et ce sera, dit-on, la dernière. Le documentaire de 90 minutes

Permalien avec l’article

—————————————————————————————————–

Encore une vidéo à consulter

 

Une réflexion sur “Espace de restitution de la Grotte Chauvet ERGC

Laisser un commentaire