Le budget 2013

Voilà bien le sujet qui fâche l’opinion publique, c’est bien l’emploi par le gouvernement des finances publiques issues de l’impôt que chaque contribuable paie. Que dire alors dont la façon est analysée le budget de la nation par les différentes organisations politiques. À vrai dire chacun tire à soi la couverture, démontre en fonction de son orientation, mais entre nous, n’existe-t-il qu’une seule façon de voir, d’appréhender les comptes publics ? MC

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Vu par « Solidaires » : Projet de budget 2013 : une politique fiscale sans ambition !

La politique budgétaire du gouvernement est guidée par l’entêtement d’atteindre, à tout prix, les 3 % de déficit en 2013, alors même que les politiques européennes d’austérité, institutionnalisées par le Traité soumis au Parlement dans les jours prochains, mènent tout droit à une récession généralisée.

Le projet de budget 2013, présenté par le gouvernement, prévoit 30 milliards d’euros « d’effort » répartis pour deux tiers en hausse d’impôts et un tiers en économie sur les dépenses publiques, ce qui fait 40 milliards avec les mesures prises en juillet. […]

Basé sur une prévision de croissance de 0,8 % en 2012, ce dispositif risque fort de s’avérer obsolète, induisant ainsi de nouvelles mesures d’austérité.

Si la fiscalité des revenus du capital (plus-values mobilières, intérêts, dividendes…) est désormais alignée sur celle des revenus du travail, ce qui est positif, on est loin de la révolution fiscale annoncée par le candidat Hollande

[…]

Communiqué Solidaires

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Vu par « L’Humanité »:  BUDGET Sécu 2013

Le gouvernement vient de présenter son premier budget de la Sécurité sociale. De nouvelles recettes devraient rapporter 4 milliards d’euros par an, avec notamment une hausse de taxes sur le tabac et les bières, qui permettront de réduire le déficit annuel. Côté dépenses, l’IVG sera enfin remboursé à 100 %.

« C’est un budget de justice », a déclaré la ministre de la Santé Marisol Touraine en présentant le Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) à la presse. […]

4 milliards de recettes supplémentaires

Les nouvelles recettes sont constituées avant tout de nouvelles taxes. La fiscalité sur les bières va être relevée, ce qui rapportera 480 millions d’euros à la Sécurité sociale, et « correspondra à une hausse équivalente à 5 centimes sur un demi de bière », a précisé le gouvernement.
Les taxes sur le tabac reversées au budget de la Sécu vont à nouveau augmenter au 1er juillet 2013, passant de 64,25% du prix du paquet à 64,7%, ce qui devrait rapporter 250 millions d’euros en année pleine. De même, les cotisations d’assurance maladie des travailleurs indépendants seront relevées.
Quelques économies sont prévues et porteront notamment sur « des baisses tarifaires » sur des médicaments ou sur « certaines spécialités médicales et la biologie ».

Côté dépenses, l’Interruption volontaire de grossesse (IVG) sera désormais remboursée à 100% et son tarif sera « revalorisé » pour le rendre plus attractif aux praticiens qui sont bien trop nombreux à refuser de le pratiquer. L’ensemble est chiffré à un peu plus de 31 millions d’euros. C’était une promesse de campagne du candidat Hollande.

Financer la réforme de la dépendance

Le gouvernement prévoit également de financer sa réforme de la dépendance des personnes âgées en mettant à contribution les retraités imposables. Leurs pensions seront soumises à un prélèvement de 0,15% en 2013 puis de 0,3% en 2014.  Ce qui rapportera 350 millions d’euros la première année servira à redresser les comptes de la Sécu, puis rapportera 700 millions en 2014, qui seront utilisés pour financer la réforme de la dépendance. Les salaires, eux, sont déjà taxés à 0,3% dans ce but.

Vu sur le site de L’Humanité

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Vu par « l’Express »

[…] La stabilité, promise par le candidat Hollande, attendra l’après-2013, a dû reconnaître Jérôme Cahuzac, ministre délégué Budget, sur Europe 1, le 30 septembre.

La gauche sait baisser les prélèvements obligatoires, elle l’a fait sous Lionel Jospin. La droite sait les augmenter, elle l’a fait avec Alain Juppé (1995 – 1997) avec Nicolas Sarkozy (deuxième partie du quinquennat). […]

Le choc fiscal du budget 2013, historique par son montant, en fait aussi un acte politique fort, que résume un message très clair : seuls les riches (particuliers comme entreprises) paieront. Clair, mais faux.

Il est vrai que le seul budget de l’état, adopté le 28 septembre en Conseil des ministres, cible les plus fortunés. Mais des hausses « pour tous il y en a eu avant, il y en aura après ». En additionnant les mesures de la loi de finances rectificative de juillet et celles qui viennent d’être annoncées, on totalise 15 milliards d’euros d’augmentations sur les particuliers, analyse Gilles Carrez, […] (UMP) […], une petite moitié est supportée par les plus aisés – en gros, les quelques 300 000 ménages situés dans la tranche à 41 % de l’impôt sur le revenu, l’autre par des foyers à revenus moyens. (Quid des bas salaires. MC)

Ainsi, l’abandon de la défiscalisation des heures supplémentaires fait perdre 4,3 milliards d’euros à 8 millions de ménages modestes. Les intéressés commencent à s’en rendre compte : le bas de leur fiche de paie a diminué et ils ne comprennent pas pourquoi. »

(reste que les heures supplémentaires défiscalisées et dégagées des charges salariales, grevaient de rentrées la SS, les impôts et d’autre part ne rentraient pas dans le calcul des retraites. MC)

Une autre mesure douloureuse [..]: le maintien du gel du barème de l’impôt sur le revenu. Ce dispositif, décidé par le gouvernement Fillon, François Hollande avait promis de le supprimer. Au final, il le maintien – nécessité fait loi -, en neutralisant toutefois son effet pour les contribuables les plus modestes. (Oh ! les salauds z’ont pas fait ce qu’ils avaient dit. MC)

Les mauvaises surprises du budget de la Sécu

[…]  la mesure en question ne fait pas partie du budget de l’état, mais de celui de la Sécurité sociale, qui prévoit un chapelet de mauvaises surprises : taxe sur la bière; hausse des cotisations sociales pour les artisans, commerçants et professions libérales ; obligation de déclarer les emplois à domicile au réel, et non plus au forfait, etc.

Après ces apéritifs viendra le plat de résistance : la réforme du financement de la protection sociale. Les charges sociales patronales devraient baisser, mais, en contrepartie, d’autres prélèvements seront alourdis. Probablement la CSG, un peu de TVA, des taxes environnementales…

La fiction « Les riches paieront » ne tient pas non plus la route du côté des entreprises. Seules les plus grandes sont touchées par la ponction prévue (10 milliards d’euros), affirme l’exécutif. Exact sur le papier, mais les groupes internationaux travaillent avec des PME (sous-traitants, fournisseurs, notamment) et ne manqueront pas de leur imputer leur part de sacrifice. Et, si les PME sont formellement exemptées, certaines seront touchées par ricochet : ainsi, les plus-values mobilières ne sont plus taxées à 19%, mais soumises au barème de l’impôt sur le revenu, dont le taux le plus élevé atteindra désormais 45 %, auxquels il faudra ajoute 15,50% de prélèvements sociaux. Soit 6o %.

[…]

Corinne Lhaïk – L’express

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Vu par le PCF : Abandon de la taxation des revenus de cessions d’actifs : le gouvernement s’est fait pigeonner par le patronat

Le soudain recul du gouvernement sur la taxation des revenus de cessions d’actifs est un signe fort de soumission adressé au patronat. Lorsque ses intérêts sont touchés, le patronat montre les dents et le gouvernement plie. Il aura suffit que quelques personnalités du monde de l’entreprise inondent les médias de leurs angoisses fiscales pour que le gouvernement lâche sur une des seules mesures du projet de loi de finance pour 2013 qui s’attaque aux revenus du capital. Le gouvernement s’est fait pigeonner par le patronat. C’est désolant, d’autant que l’on n’a pas vu le gouvernement agir avec la même sollicitude à l’égard des salariés de Sodimédical, de PSA ou de Doux !

Le patronat ne fera pleurer personne sur le sort de ces « investisseurs », dont la plus grande partie utilise un système fiscal particulièrement avantageux pour « optimiser » à la baisse leurs devoirs fiscaux à l’égard du pays en spéculant à la revente sur les actifs des entreprises qui marchent. […]

O. Dartigoles – PCF paris

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Vu sur le blog de l’UMP : Un budget 2013 contre les ménages et les entrepreneurs

Les moteurs de la croissance sont à l’arrêt. Les Français ont bien compris que 100% d’entre eux allaient voir leurs impôts augmenter. Résultat, d’un côté les entreprises anticipent des baisses de marges et donc n’investissent plus, n’embauchent plus, voire licencient. De l’autre côté, la consommation est bloquée : les ménages préfèrent épargner en prévision des hausses d’impôt, plutôt que de consommer et ainsi de contribuer à la croissance.

[…]

Une mesure est particulièrement contreproductive et marquée par le sceau d’une défiance généralisée envers l’entrepreneuriat : c’est le passage de 35% à plus de 60% de l’imposition sur la cession d’une entreprise. Cela veut dire qu’un entrepreneur qui a investi ses économies dans un projet, qui a créé de la richesse et de l’emploi va se voir ponctionner par l’État 2/3 de la valeur à la revente. A ce taux-là, quel entrepreneur voudra prendre des risques en France ? En Allemagne les plus-values de cession sont à 26,5% et à 0% en Belgique [… ] Et les auto-entrepreneurs ne sont pas épargnés : leurs cotisations sociales sont augmentées de 3%, alors que ce sont des petites activités tout juste rentables, et que ce statut a permis de sortir 300 000 personnes du chômage. (voilà bien les mots lâchés : ce statut a permis de sortir 300 000 personnes du chômage et… activités tout juste rentables. Combien d’auto-entrepreneurs ont laissé plus que leur chemise … MC) Même matraquage pour les indépendants, artisans, commerçants, professions libérales, qui paieront chaque année 1,3 milliard de plus de cotisations sociales.

D’ailleurs, les entrepreneurs se sentent considérés comme des « pigeons » et l’ont fait savoir. Le gouvernement a reculé en partie face à leurs inquiétudes. Mais ce recul est cosmétique et la gauche nous a habitués à tant de coups de com’ sans lendemain, que nous restons vigilants. La vérité c’est que la France de François Hollande c’est 6000 fonctionnaires de plus en 2013, et ça sera 4000 entreprises de moins (selon l’économiste Jacques Sapir) !

Il y a les « pigeons-entrepreneurs » mais aussi les « moutons-ménages » : 16 millions de foyers vont voir leur impôt sur le revenu augmenter (soit tous les contribuables qui gagnent plus de 990 € nets imposables par mois), 9 millions de salariés voir leurs heures supplémentaires taxées, 7 millions de retraités imposables vont devoir payer 700 millions d’euros en plus et les familles nombreuses seront pénalisées avec l’abaissement du plafond du quotient familial et la suppression de la déclaration au forfait pour les emplois à domicile.

Faute de courage politique, François Hollande préfère augmenter les impôts plutôt que baisser les dépenses publiques improductives … […] Par ses décisions calamiteuses, François Hollande bloque notre pays et ajoute de la crise à la crise.

Vu sur le blog de l’UMP

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Conclusion : A vous de vous faire une idée suivant votre sensibilité ou votre appartenance à une organisation. MC

Laisser un commentaire